Fédération Léo Lagrange

L’homme Léo Lagrange

Léo Lagrange est né le 28 novembre 1900 à Bourg-sur-Gironde.

Léo Lagrange s’engage dans la Première Guerre mondiale alors qu’il n’a pas encore 18 ans.
Démobilisé en novembre 1919, il suit des études de droit et de sciences politiques. Il devient avocat. Il ouvre son cabinet dès 1923 et choisit de réserver en priorité ses services aux soldats gazés de la Grande Guerre.

En janvier 1921, il adhère à la SFIO (Section Française de l’Internationale Ouvrière), l’ancêtre du Parti Socialiste. Il devient rédacteur au journal Le Populaire, organe de la SFIO. Sa chronique porte sur l’actualité judiciaire.

En 1926, il rencontre André Malraux, Clara Goldschmidt, Jean Prévost et se mêle au bouillonnement intellectuel des années 1930.

Dès 1928, il est candidat aux élections législatives à Paris. Il est élu député en 1932 dans le Nord. Dans sa campagne, il met l’accent sur la nécessité pour la classe ouvrière d’être instruite et organisée.

Après l’élection du Front Populaire en 1936, Léon Blum, Président du Conseil, lui confie le tout nouveau Sous-secrétariat d’Etat aux Sports et à l’Organisation des loisirs. Sa mission consiste à rassembler et à guider la jeunesse sans l’embrigader.

Aidé de sa femme Madeleine qui devient sa collaboratrice au Ministère, il veut permettre au plus grand nombre de travailleurs de profiter des joies de la mer, de la montagne, de la campagne, et d’accéder aux activités culturelles et sportives.

Il entend bien faire porter son effort vers le plus grand nombre, en multipliant les stades, en formant des entraîneurs, en rendant le sport accessible à tous.

En complément des premiers congés payés, il est à l’origine du «billet populaire de congés annuels» qui accord des réductions (de l’ordre de 40%) sur les transports ferroviaires. Il impulse et encourage le mouvement des auberges de jeunesse. Il soutient le camping et favorise les premiers départs vers la neige, avec des trains spéciaux et des tarifs réduits sur les téléphériques et les pensions hôtelières …

Les fonctions ministérielles qu’il exerce, de juin 1936 à avril 1938, lui permettent de créer l’Ecole Normale supérieure de l’Education physique, l’Institut national des sports, l’Ecole nationale de ski, le Brevet sportif populaire, les lundis du théâtre, les mardis du Louvre …
Après avoir quitté le Sous-secrétariat, Léo Lagrange devient président du Comité laïc des auberges de jeunesses.

En 1939, à la déclaration de guerre, il a 39 ans. Ancien combattant et parlementaire, il n’est pas mobilisable. Edouard Daladier, Président du Conseil de 1938 à 1940, veut lui confier un commissariat général à la préparation militaire. Il préfère s’engager. Il est affecté sur sa demande au 61ème régiment d’artillerie de Metz. Il est tué au front lors de l’offensive de l’Aisne en juin 1940.

Le projet Léo Lagrange

Notre projet éducatif est l’œuvre commune des bénévoles, volontaires et salariés Léo Lagrange. Fidèle aux valeurs fondatrices, il décline les missions et le caractère propre des actions menées par la Fédération dans les différents secteurs d’activité où elle intervient et représente une véritable feuille de route pour chaque acteur du mouvement.

En 2010-2011, un grand travail de réactualisation a été entrepris pour donner naissance au document « Pour comprendre et changer le monde ». Ce projet éducatif renouvelé a été adopté officiellement lors du Congrès de Nantes des 28, 29 et 30 octobre 2011. Via une démarche très participative, c’est tout le réseau qui s’est mobilisé pour ce passionnant travail.

Valeurs et leviers d’action
En tant que mouvement d’éducation populaire, nous avons effectivement l’ambition, à travers chacune de nos actions, de développer l’esprit critique, le goût pour la vie en société, le sens des responsabilités, la convivialité et surtout, l’intérêt pour les autres. Cela passe par la défense des six valeurs fondamentales (l’égalité, la liberté, la fraternité, la participation de tous, la justice sociale, la laïcité), par l’expérience de toutes les mixités (sociale, culturelle, générationnelle, mixité des genres) et par l’utilisation de 4 leviers d’action majeurs : investir le temps libre pour grandir et s’émanciper, développer les capacités à penser le monde, éduquer et former tout au long de la vie et accompagner les initiatives et les projets.

Une Fédération tous publics
Le projet est structuré par entrée « public » : la petite enfance, l’enfance, l’adolescence, les jeunes, les adultes, les séniors. Chaque partie précise ce qu’est la spécificité de l’approche Léo, son analyse de l’environnement et sa posture éducative. Paroles d’acteurs, paroles d’experts et exemples à l’appui, la Fédération se positionne clairement. Cela permet à chaque acteur Léo Lagrange d’avoir un cadre pour mener son action.

La Fédération Léo Lagrange

Léo Lagrange avait l’ambition de créer dans tout le pays des «clubs de loisirs » visant à animer les activités sportives, artistiques et culturelles pour le plus grand nombre, et pour les jeunes en particulier.

La Seconde Guerre mondiale terminée, les mouvements issus de la résistance procèdent à une véritable réorganisation politique, mais aussi sociale et culturelle. Dans ce contexte, la notion d’Education populaire devient une vraie préoccupation nationale.

En août 1945, l’Etat crée une direction de l’Education populaire au sein du Ministère de l’Education Nationale. Elle est chargée de favoriser et de coordonner les oeuvres périscolaires, les mouvements et institutions de jeunes.

En 1947, Pierre Mauroy, chargé de réorganiser les Jeunesses socialistes, décide de créer une organisation destinées aux jeunes ne souhaitant pas s’investir dans un mouvement politique, mais plutôt au sein d’organisations de jeunesse ayant des activités plus larges.

Berceau de la Fédération Nationale, la région Nord Pas-de-Calais voit alors naître le 6 novembre 1950, le grand mouvement d’éducation populaire portant le nom de Léo Lagrange.

Ses jeunes fondateurs, Pierre Mauroy en tête, se donnent pour mission de mettre en oeuvre ce que Léo Lagrange avait déjà imaginé en son temps : «étendre la culture et organiser les loisirs des jeunes, particulièrement par la création de clubs de loisirs». Depuis la création des premiers «Clubs Léo », la Fédération nationale n’a jamais perdu de vue le message de Léo Lagrange, réaffirmant sans cesse, au travers de ses actions, son combat pour une société plus tolérante, plus juste, plus équitable et plus responsable.

Le projet de société Léo Lagrange vise à bâtir une société fondée sur l’idéal républicain et organisée autour de la démocratie participative, l’égalité, la liberté, la justice sociale et la laïcité.

Intervenant depuis plus de 60 ans dans le champ de l’animation auprès des différents publics la fédération Léo Lagrange est aujourd’hui structurée pour animer et développer un réseau de professionnels sur l’ensemble des régions administratives.
Acteur majeur de l’éducation populaire, nous nous adressons à tous les publics, en proposant une palette complète d’activités au service de l’éducation, de l’intégration, du loisir et de l’insertion.

A travers nos actions, la Fédération s’adresse, d’une façon générale, à toutes les catégories de population, et à toutes les tranches d’âges :

Accueil de la Petite Enfance ;
Activités socio-éducatives pour les enfants ;
Accompagnement de projets pour les adolescents et les jeunes ;
Formations à l’animation volontaire BAFA et BAFD ;
Développement personnel pour les adultes et soutien pour les personnes en difficulté.

Nous intervenons principalement en délégation de gestion et nous développons notre activité à partir d’équipements (centres sociaux, centres d’animation, maisons de quartiers, accueils de loisirs, Relais Assistantes Maternelles, structures petite enfance, crèche halte-garderie, multi-accueil…) ou de dispositifs socio-éducatifs dont nous assurons l’animation et la gestion pour le compte d’une collectivité locale ou territoriale.

L’homme, le projet, la Fédération Léo Lagrange
Le Pôle Engagement
Le planétarium itinérant
Documentation